Août 042015
 

Mercredi 15 juillet

Ce matin nous pouvons nous lever plus tard, afin de se remettre des événements de la journée précédente, et le footing nous est également épargné. Le déjeuner suit directement le réveil, suivi du rituel habituel du lever des couleurs, durant lequel est annoncé le thème de la journée : Les Colons.

Comme tout bon colon, les éclais apprennent tout d’abord à s’orienter, afin de pouvoir rejoindre la terre à coloniser. Cela se fait au travers de plusieurs postes : calcul de coordonnées et d’azimuts, les signes conventionnels d’une carte et les visées à l’aide d’une boussole. Ils découvrent par la même occasion les cartes belges et les calculs de conversion d’échelle, ce serait trop facile si c’était comme en Suisse ! Départ ensuite pour une petite course d’orientation par patrouille dans le camp et le village. Une fois de retour, c’est l’heure d’un repas bien mérité.

La majorité de l’après-midi est occupée par un grand jeu de colonisation, dont le but est de faire prospérer sa colonie, parfois au dépend des autres. Il faut pour cela gagner des ressources, telles que de la pierre ou du bois, dans différents défis comme la construction de la plus grande structure ou en montrant son habileté au lancer de pierre. Les ressources ainsi gagnées sont ensuite dépensées pour bâtir sa maison ou cultiver ses champs et étendre sa colonie. Mais certains événements inattendus surviennent, une razzia de sanglier enragés sur des champs par exemple, et compliquent la tâche aux colons.

Une fois les colonies prospères, il est temps de se reposer un peu et de finir tranquillement les t-shirts de camp avant le souper. La soirée est un moment de réflexion sur le scoutisme au niveau mondial. Les éclais découvrent que le scoutisme n’est pas présent partout, il est même interdit à certains endroits. Il n’est pas non plus vu et pratiqué de la même façon, il est parfois un soutien essentiel à la communauté, comme au Népal durant les dernières catastrophes. Une grande carte à gratter est utilisée pour marquer les pays d’origine des scouts que nous avons déjà rencontrés et dans quel pays nous aimerions aller. C’est la tête pleine de projets de futures rencontres que nous allons dormir. Loup

 

 

Jeudi 16 juillet

Pour cette nouvelle journée de camp sur le thème des fruits de mer, nous nous sommes levés vers 06h45, nous avons déjeuné, fait le lever des couleurs et nous sommes partis pour Middelkerke vers 08h00. Une fois sur place nous avons commencé par admirer la vue un moment avant de commencer l’activité du matin.

PHOTO 1

A 09h30 nous avons commencé à faire du canoë sur la mer, car par manque de vent, nous n’avons pas pu faire le char à voile initialement prévu. Malgré cela tout le monde a passé un bon moment de défoulement en mer. Les moniteurs de l’activité nous ont fait faire différents petit jeux entre deux coups de pagaie. Un des jeux était de tenir debout sur les bords du bateau pneumatique et un autre était de mettre à l’eau les rois des autres bateaux pour gagner.

Après s’être changé nous avons repris le car pour exceptionnellement, aller manger dans une pizzeria de 12h30 à 14h30. Les pizzas qui nous ont été servie ont mis à rude contribution nos estomacs du fait de leurs importante garnitures.

Ensuite nous sommes allés jusqu’à Ostende à côté du fort Napoléon. De là, deux groupes ont été formés. Le premier est directement allé sur la plage de l’autre côté du fort, et le second a d’abord visité le fort avant de rejoindre le premier groupe sur la plage. Le temps sur la plage était un temps totalement libre où chacun pouvait faire ce qu’il voulait.

PHOTO 2 (2)

Puis à 18h10 nous sommes retourné vers le car pour souper jusqu’à 19h15. Après le souper les éclaireurs ont pu passer leurs promesse sur une dune surplombant la plage.

PHOTO 3 (2)

Une fois la promesse terminée, nous sommes retourné au camp où nous avons eu encore une heure de temps libre avant d’aller dormir vers 22h00. Vautour

Août 032015
 

Lundi 13 juillet

Aujourd’hui nous nous levons tôt pour une journée découverte à Bruges, sur le thème de la PATATE. Après un court footing et un bon déjeuner, la joyeuse (mais fatiguée) Troupe embarque dans le bus pour 30 minutes de…sieste ! En effet, pas un éclais ne bronche durant ce voyage qui nous emmène aux abords de la ville. Tout le monde s’est assoupi !

Après une petite ballade pluvieuse pour traverser le centre de Bruges, nous découvrons le musée de la Frite. Des champs à notre assiette, en passant par la friteuse, nous apprenons tout sur les fameuses frites belges, avant de terminer notre matinée par une dégustation de celles-ci.

A midi, nous nous retrouvons dans un joli parc agrémenté d’un kiosque à musique qui servira à nous abriter de la pluie. Après ce bon repas, on sent la motivation qui remonte et on se dirige vers un deuxième musée, celui du chocolat. (Chacun espère évidement qu’il y aura aussi une dégustation !). Là, nous découvrons certains secrets du chocolat belge ainsi que son origine puis nous terminons par une démonstration d’un chocolatier, accompagnée pour notre plus grand plaisir par un petit chocolat !

Il pleut toujours lorsque nous ressortons du musée, mais les patrouilles sont gonflées à bloc pour gagner le défi du jour : Une chasse aux patates.

Dans toute la ville, des marchands de pomme-de-terres offrent des patates à ceux qui osent les défier. Quelques photos de monuments pour se repérer et des passants pour les aider, les patrouilles se mettent en route. Vers 17h, la chasse se termine et les enfants ont du temps libre pour visiter cette magnifique ville (Résumons la visite : MacDo et Carrefour pour les éclais, magasin de bières belges pour les responsables…).

Au retour, les patates gagnées serviront de tampons pour décorer des linges de cuisine personnalisés. Fatigués mais contents de leur journée, les éclais s’en vont gentiment au lit en fonction de leur taux de fatigue, pendant que les responsables débriefent leur journée et discutent déjà de la suite du camp. Wallaby           

 

Mardi 14 juillet

Aujourd’hui, le thème c’est le chocolat. Mais pas question de se poser tranquillement et de s’empiffrer! Le but de la journée, c’est démontrer que le chocolat et le sport sont compatibles.DSC04004

Les éclais commencent donc par un footing sportif, puis après un bon déjeuner, s’en vont montrer leurs qualités d’athlètes dans des joutes sportives.

Entre le lancer de plaques de chocolat ou le saut de plaques, les Marmottes montrent leur force et finissent premières de ces joutes. Mais pas question de se reposer tout de suite, juste après le dîner, les éclais s’en vont, cette fois par groupe aléatoire, dans une chasse dans tout le campement.

DSC04019

DSC04022

 

 

 

 

 

 

Une fois revenu, ils ont l’occasion de se reposer et de se doucher.

Après le souper, tout le monde se retrouve pour un feu de camp, plein d’animations. Les équipes de l’après-midi sont reformées et vont affronter une équipe de responsables, l’équipe des Chameaux.

Mais malgré tout leurs efforts, les éclais n’arrivent pas à vaincre cette dernière et sa surmotivation. Pendant ce feu de camp, un invité spécial est venu dire bonjour. Les éclais ont pu ainsi profiter de la légende de Renard avant d’aller gentiment se coucher après cette journée quelque peu fatiguante. Isatis

 

DSC04025

 

 

DSC04032

Août 022015
 

Samedi 11 juillet

Réveil à 7h00, Wallaby débute la journée par un footing à la découverte du lieu de camp de Merkenveld. Ce campement comprend une quinzaine de terrains entourés de haies et de forêts. Détour donc par les toilettes qui se situent à 6-8 minutes à pied du lieu de camp. Les éclaireurs testent également la traversée de l’étang sur la barque en tirant sur une corde.

Un bircher muesli est englouti au déjeuner et est suivi par le traditionnel lever des couleurs.

Aujourd’hui est la journée des parents. C’est donc sur le coup des 9h00 que quelques courageux parents, ayant fait le voyage jusqu’en Belgique, viennent chercher leur enfants pour la journée pour visiter les alentours de Bruges et reviendrons le soir pour le coutumier souper canadien.

Le thème de la journée est Top Chef. Durant la matinée, les jeux tournent autour du thème de la cuisine : confection de gâteau avec des éléments de la nature ou encore la tour la plus haute de carte et de petits beurres. Un quiz avec buzzer sur la cuisine est aussi organisé. Avec l’estomac bien rempli du dîner  « penne cinque P », les éclaireurs reprennent le thème de la journée et s’attèlent à créer un buffet pour le repas de ce soir. Au menu : canapés, salade de riz, légumes et dips, crêpes salées fourrées, pains sucrés fourrés au chocolat, cervelas, mousse aux fruits rouges.

Avec l’arrivée des parents, le buffet s’étoffe encore de quelques confections maisons et nous soupons tous ensemble dans la convivialité.

La soirée se poursuit avec le feu de camp animé par Koala et Isatis. Plusieurs chants sont entonnés avec les parents et notre chauffeur Dario qui nous a rejoints pour la soirée.

Les 3 patrouilles nous présentent leurs saynètes qui retracent les anecdotes vécues en début de camp. Des chants typiques scouts mais également propre à la Belgique terminent ce beau feu de camp et cette belle journée ensoleillée. Dauphin

 

Dimanche 12 juillet

Ce dimanche matin est synonyme de grasse matinée. Et oui après une belle soirée partagée avec les familles, nous nous accordons une demie heure de sommeil supplémentaire. La matinée est consacrée à la préparation de la promesse en branche éclais. C’est une étape marquante dans la progression, elle n’est pas simplement un nouvel insigne mais la consécration d’une réflexion sur la Loi Scoute et son engagement dans le mouvement mondial qu’est le scoutisme.

IMG_4578

Un peu avant midi, nous honorons le grand brunch qui nous a été soigneusement préparé par l’équipe logistique du jour. Sucrées, salées, belges que de gourmandises pour nous régaler.

Ce camp d’été est le premier pour plusieurs éclais, Loup prend le temps de revoir les bases de pionniérisme notamment les techniques de corde. C’est l’occasion pour les anciens de transmettre leurs savoirs aux plus jeunes de la Troupe. Y prenant goût les éclais en redemandent et improvisent une échelle de corde ainsi que d’autres petites constructions pour mettre en pratique ce qu’ils ont appris.

IMG_4584IMG_4579

En visite pour découvrir les traditions et la vie de camp chez les Pierre-Pertuis, notre coach Rossignol qui a passé un bout du weekend au camp avec nous, nous quitte pour reprendre sa vie « non-scoute » en Suisse. Encore merci pour les gaufres, les petits chocolats et la sympathique visite.

L’après-midi est rythmé par un grand jeu sur la patate. Alpaga nous a concocté une récolte de patates digne des plus grands cultivateurs de Hopper !Dans les alentours du camp, des équipes s’affrontent pour des patates sous toutes leurs formes. Transport sur slackline, la patate la plus haute, recherche de legos en purée de pomme de terre. Tout est raison à faire un défi et se dépasser pour gagner.

IMG_4590

(Petite anecdote : alors que nous avions acheté plus de 150 patates pour ce jeux… scandale ! Nous ne les trouvons pas! Mais où sont-elles, il nous semble ne pas avoir mangé autant le soir précédent. Mais pas de panique chez les scouts, cette intrigue matérielle ne nous empêchera pas de nous amuser. Koala est de corvée pour la matinée : couper toutes celles qui nous reste en quarts. Evidemment, nous retrouvons les fameux kilos supplémentaires bien cachés le lendemain ce qui nous vaut un fou rire collectif.)

Lors du grand jeu de nuit, les éclais se transforment en contrebandiers. Il faut user de toutes les tactiques, stratégies et surtout être discret pour faire passer des patates sans se faire attraper. Mais pour accompagner ces patates, rien de mieux qu’une boite de cassoulet un peu transgénique, celle-ci devient le Graal de cette soirée et par la suite la fidèle compagne de Vautour.

C’est fatigué et des patates plein les yeux que les éclais s’endorment alors que les responsables passent un peu de temps ensemble pour peaufiner la journée du lendemain et partager quelques victuailles. C’est souvent dans ces moments que naissent les petites folies qui nous poussent à se lancer dans de nouveaux projets scouts. KoalaIMG_4588

Juil 302015
 

Jeudi 9 juillet

La journée (avec pour thème les anchois) commença de bonne heure avec un footing organisé par Vautour, qui consista à faire des échauffements basiques et des pompes en carré. Après ce footing, suivit le déjeuner, afin que les éclais puissent prendre des forces avant la participation au grand concours de football et de volley.

Après le déjeuner, la compétition commença dans le fair-play et la bonne humeur, les éclais se sont répartis en 4 groupes. Après 2heures de compétions acharnées, il s’en est suivi d’un retour au calme avec une activité spirituelle qui était basé sur la communication. Après ce temps de réflexion place au bon dîner concocté par l’équipe cuisine.

Après le dîner, les éclais avaient du temps pour avancer dans leur progression personnelle avec l’aide de leurs cahiers de progression et celles des chefs. Vers 16h00 nous avons dû arrêter ce temps de progression pour faire place au rangement du camp, car nous levions le camp le lendemain pour aller en direction de Bruges. Après ces rangement les éclais ont eu du temps pour concocter leur traditionnelle saynète de camp.

Durant la soirée après le souper, se déroula un feu de camp en partie animé par les éclais. A partir de 21h30 les éclais commencèrent par aller se coucher et les plus motivés et les plus éveillés restèrent autour du feu jusqu’à 22h00. Et notre journée se termina ainsi. Pingouin

 

Vendredi 10 juillet

La journée commence par un réveil très matinal pour démonter les tentes avant de déjeuner. En très peu de temps tous se trouvent dans le car, le matériel comme les jeunes. Puis ce fut parti pour le voyage à Bruxelles, pour partir à la découverte de Mini-Europe. La chasse aux photos délirantes à travers du parc nous a valu des regards  » mais qui sont ces fous!!! », des fous rire et pleins de photo souvenir.

L’après-midi, tout le monde profita de l’Océade, un parc aquatique pour se décrasser et de tester tous les toboggans. Quelques responsables furent les repêcheurs de clés tombées au fond des bassins que les éclais perdaient à l’arrivée des toboggans.

Épuisés par l’Océade, nous avons dévoré les quatres heures avant de se mettre en route pour Merkveld, notre nouveau lieu de camp. Après un long trajet, nous avons transporté le matériel sur le terrain de camp, pas qu’une partie de plaisir, nous avons monté les tentes, nous nous sommes installés. Le souper, quelque peu retardé, à 21h30, était bien mérité! C’est un des seuls soir où tout le monde se coucha directement après le souper. Même avec les bruits alentours, train et autoroute, tout le monde s’endormit rapidement! Ouistiti

Juil 292015
 

Mardi 7 juillet

Une fois n’est pas coutume c’est levés tôt et sans footing que les éclais se préparèrent à cette journée sous le thème de la Capitale Européenne. Eh oui c’est bien direction Bruxelles que la Troupe se rendit pour cette 3ème journée de camp, et c’est après un trajet en car d’une petite heure et une légère première marche dans la ville que les éclais arrivèrent à la première activité de la journée : la visite du musée des instruments de musique.

Après cette visite (presque) éreintante, c’est les ventres criant famine que la Troupe se dirigea vers Fritland, haut-lieu de la gastronomie bruxelloise, pour y faire fort bonne pitance de (très) grandes portions de frites et autres joyeusetés diététiques cuites à la graisse de bœuf.

 

DSC03950DSC03965

 

Une fois les panses bien remplies (trop diront les petites natures) les éclais commencèrent l’activité principale de la journée, à savoir : une grande chasse aux bâtiments dans Bruxelles afin de gagner le très convoité Manneken Piss d’or. Pour ce faire les éclais, séparés par patrouille, devaient se prendre en photo devant plusieurs bâtiments précis ou fresques murales se trouvant dans la ville dans un temps imparti.

DSC03954

Une fois le parcours terminé et l’agréable constatation que personne ne s’était perdu dans la Grande Bruxelles, la Troupe rentra en bus au campement afin de manger un bon repas, étonnamment plus léger que celui de midi… La suite de la soirée fût orchestrée par les éclais qui préparèrent différent jeux comme des parties de bouledogue, de béret et un Loup-Garou version belge, une fois.

Malgré tout la Troupe se coucha tôt ce soir-là car, loin d’avoir percé tous les secrets de Bruxelles, elle y retourna de fort bonne heure le lendemain matin.

Mais bon, comme dit le fameux dicton : « Mieux vaut Van Schtinbergen que pas assez…»

Milan

 

Mercredi 8 juillet

A 7h00 tout le monde se lève, il ne faut pas trainer car aujourd’hui c’est la 2ème journée à Bruxelles. Après un bon déjeuner et le traditionnel levé des couleurs, nous montons dans le car. Le voyage est très calme vu que la moitié des personnes lisent de BD et l’autre dort.

Une fois arrivées à Bruxelles, nous commençons par visiter le musée de la BD. Pour mieux découvrir le musée, les éclais avaient un petit questionnaire qu’ils peuvent remplir. Après environ 1h30 une partie s’est dirigée vers la bibliothèque du musée pour nous assoir un moment et lire quelques BD ou livres.

 

DSC03972DSC03976DSC03968

 

 

 

 

 

Ensuite nous nous sommes dirigés dans un parc en dessous d’une église pour pique-niquer : au menu salade de pâtes (les responsables vous s’en souvenir longtemps car transporter de la salade de pâte toute une journée, ça devient vite très lourd)

Quand nous avons fini de manger nous nous sommes dirigé vers le MOOF qui est aussi un musée de la BD mais avec des figurines en 3D cette fois-ci. Le musée n’est pas grand mais il y avait une mini salle de cinéma où nous avons pu voir 2-3 dessins animés pour ceux qui ne se sont pas endormis avant que le film commence.

Après la visite nous sommes allés à la Grand-Place de Bruxelles où les éclais avaient du temps libre en patrouille. Certains sont allés faire du shopping et d’autres ont mangé une gaufre. C’est aussi l’occasion pour les responsables de faire une pause sans éclais. Certains ont aussi fait du shopping et d’autres sont allés déguster une boisson locale très appréciée.

A 18h00 nous nous sommes tous retrouvés de nouveau à la Grand-Place. Cette fois nous leur avons donné 10€ par personne pour aller manger quelque part en ville. A 19h30 après avoir bien mangé au restaurant pour certains, au Mcdo pour d’autres nous retournons au car pour rentrer au lieu de camp.

Ce fut une journée bien chargée et donc après une bonne douche et quelques jeux les éclais sont allés se coucher.

Cougar

Juil 282015
 

Dimanche 5 juillet

Après des mois d’attente les 19 éclais et 14 responsables se sont retrouvés à 07h00 à la gare de Tavannes pour partir à la découverte du plat pays belge ! C’est un grand projet, commencé il y a deux ans par Koala, Cougar et Colibri, la maîtrise de camp, et aidé par la suite par les autres responsables. Nous avions donc tous hâte de concrétiser ce projet. Après nous être fait du souci pour Milan, qui est finalement arrivé à la bourre, nous sommes partis à 07h30 dans un car flambant neuf de l’entreprise Pagliari, de Tavannes. Un premier chauffeur nous a conduit jusqu’à Delle, puis le second chauffeur (Dario, qui restera avec nous les deux prochaines semaines) pris le relais. Nous avons fait ensuite une halte pique-nique sur le coup de midi près de Metz et ses 36°. A partir de là, la température n’a fait que de baisser. Durant le trajet, les éclais reçurent un carnet de jeu, de quoi faire des bracelets brésiliens, des BD et eurent même droit à un film. Le Grand-Duché du Luxembourg fut vite traversé, et à 16h00, nous arrivâmes à Sint-Joris-Weert, situé dans la province du Brabant flamand. Nous fûmes accueillis avec un petit 26° et un vent à décorner les bœufs

DSC03765DSC03762

Le car ne pouvant se garer au lieu de camp proprement dit, nous avons relié à pied les 15 minutes de chemin sous une pluie intermittente avec une partie de notre matériel. Notre terrain de camp se situait dans une petite clairière avec un réfectoire pourvu de sanitaires et d’une cuisine à gaz. Après avoir récupéré le reste du matériel au car (qui entre temps s’était frayé un chemin dans le bocage local pour arriver à 100 m. de notre campement) et monter les tentes, nous avons mangé notre souper à 18h30 : raviolis et salade de haricot. Vers 20h00, les éclais ont participé à la conception de la charte de camp, en expliquant notamment les différents articles devant leurs camarades. Après cette harassante première journée, nous nous couchâmes sur le coup des 22h00. Mangouste

DSC03792

 

Lundi 6 juillet

Deuxième journée du camp en Belgique

7h30 – 8h00

Footing

8h00 – 8h30

Déjeuner

8h30-9h17

Lever des couleurs

9h17-12h00

Activités organisées par Ouistiti.

Le matin était constitué de petits postes dans lesquels les éclaireurs amélioraient leurs connaissances de secourismes. Dans le poste bandages, les éclaireurs révisaient les diverses façons de se protéger une plaie grâce à leur foulard. Dans un autre poste, les éclaireurs apprenaient à secourir une personne prise dans une ligne à haute tension. Dans le troisième poste, les éclaireurs apprenait l’hygiène à avoir en camp…

 

DSC03817

12h00 – 13h00

Dîner

13h00 – 13h30

 

DSC03871

Temps libre, les éclaireurs ont improvisé une table de ping-pong et ont disputé un match.

13h30-14h30

Progression

14h30 – 15h30

Les éclaireurs ont appris quelques mots d’anglais pour pouvoir communiquer avec les Irlandais qui vont venir ce soir

15h30-17h30

Une partie des éclaireurs sont aller chercher du bois pour le feu de camps de ce soir alors que l’autre partie est allée se doucher.

17h30 – 19h30

Souper

19h30 – 20h45

Attente des Irlandais

20h45 – 21h15

Rencontres des membres les plus expérimentés des groupes scouts irlandais.

21h15 – 22h00

Feu de camp avec les Irlandais

Faucon

DSC03925 DSC03922 DSC03945

 

 

Juil 042015
 

Et voilà, c’est parti! Après de longs mois d’organisation, ça y est, on part. Demain, dimanche 5 juillet, toute l’équipe se retrouve à la gare pour prendre un car et partir pendant deux semaines dans les plaines belges!

Depuis le temps que j’attends ça…

Mes activités sont prêtes, mon sac aussi (enfin presque), la plupart du matériel est déjà chargée… On peut y aller! Je suis parée à l’aventure!

Partons pour deux semaines de folie, de partage, de rire, de découverte… Partons pour deux semaines de camp scout!

Comme l’a dit Baden-Powell:  » le bonheur ne vient pas à ceux qui l’attendent assis ». Je m’en vais cueillir ce bonheur dont regorgent ce camp d’été exceptionnel.

Ne vous en faites pas pour nous, on ne s’ennuiera pas! Et même si on va un peu vous manquer, on reviendra dans pas si longtemps, au fond, mais qu’on a reviendra, on ne sera plus vraiment pareil. On sera grandi de toute l’expérience que ce voyage nous offrira et on se sera enrichi du contact des scouts qui nous entourent.

Je ne me lasse pas de partir en camp scout…

 Posted by at 23 h 03 min
Juin 012015
 
2 La coupe

La coupe tant convoitée

Pour cette édition 2015 du Raid, nous sommes partis à la recherche de l’œuf de Yoshi. En effet, nous avions découvert lors du camp HP Yoshi était à sa recherche et avait besoin d’aide, et c’est le moment propice pour partir en quête. Sur le chemin, Yoshi et ses amis éprouvent certaines difficultés et testent les connaissances des patrouilles. C’est l’occasion de ressusciter le Koh-I-Nor Challenge et de comparer les performances des patrouilles dans les différents domaines de la vie scoute.

1 Les préparatifs

Préparatifs avant le départ

 

 

 

 

 

 

3 Repas sur feu de bois

Repas sur feu de bois

 

Les Tigres arrivent en premier sur les hauteurs des Ecorcheresses, suivis par les Marmottes. Les Chamois arrivent un peu plus tard, mais sans avoir été aidés par les chefs, ce qui est tout à leur honneur. À la fin de cette première journée, les Chamois sont bien en avance sur les autres. Les éclais montent leurs bivouacs pendant que les chefs préparent le repas du soir, un plat typique des Pierre-Pertuis, le mimamu. Vient un petit moment de réflexion autour du feu avant d’aller prendre un repos bien mérité.

 

4 Vider un oeuf

Comment vider un œuf de Yoshi

 

 

 

Au matin du deuxième jour, tout le monde déjeune puis range son bivouac avant de repartir en quête de l’œuf. Yoshi continue de tester les connaissances des patrouilles en route. Nous arrivons à Lajoux en fin d’après-midi à un élevage d’autruche, où, à notre grande surprise, nous ne trouvons pas un, mais bien deux œufs de Yoshi. Nous cheminons encore un petit peu avant de nous installer pour la nuit. Nous dégustons alors les œufs accompagnés de jambon, fromage et champignons. Eh oui, vous ne pensiez quand même pas que nous les cherchions pour les couver ? Et le cannibalisme des Yohis est un fait bien connu ! C’est le ventre bien calé après des bananes au chocolat que nous allons ensuite dormir.

5 Les gagnants

Bravo aux Chamois pour avoir gagné le Koh-I-Nor

 

 

Le troisième jour, nous nous dirigeons vers la piscine de Saignelégier et profitons du jacuzzi pour nous détendre après ces rudes journées de marche. Nous proclamons alors les résultats du challenge : les Chamois gagnent la coupe et le premier prix, suivis par les Marmottes et finalement par les Tigres. Nous rentrons alors à Tavannes par le train.

 

6 Retour en train

 

À noter que pendant ce camp quatre personnes ont été totémisées :

Suricate et Hamster

Suricate et Hamster

Carcajou et Alligator

Carcajou et Alligator

 Posted by at 7 h 31 min
Mai 062015
 
Les ruines de Malpierre

Les ruines de Malpierre

 

Les scouts sont appelés à la rescousse par les habitants de la forêt de Brocoliande. Un mal mystérieux se propage et le roi à disparu. Ils s’en vont à sa recherche et une piste les mènent à Malpierre (les ruines du château d’Erguël). Ils trouvent le château dévasté par l’orage de la nuit dernière et libèrent le roi des décombres. Le roi leur demande de l’aider à retrouver ses affaires avant de se rendre à la Taverne du Chien Boiteux (le chalet scout de St-Imier). Les scouts établissent leur campement autour du chalet sous un ciel plutôt clément.

 

 

Installation du campement

Installation du campement

 

 

Il faut maintenant s’occuper du mal. Les scouts doivent tuer les rejetons du mal pour l’affaiblir. Pour cela, ils partent à la recherche d’équipement pour se rendre plus fort et en apprendre plus sur le mal. Une fois que tous les sbires du mal ont étés anéantis, ils chassent le mal, très affaibli par les combats.

 

Tout le monde fête la victoire autour d’un festin et d’un feu de camp. Un vieil ami du roi vient leur conter des légendes sur cette mystérieuse forêt. Les plus jeunes vont alors se coucher tandis que les autres continuent les festivités par un jeu. Ils voient alors le roi partir et décident de le suivre. Ils découvrent sa cachette de biscuits, mais bien peu y parviennent, car elle est bien protégée. C’est alors l’heure d’aller au lit pour tout le monde.

Le lendemain, ils font un footing pour bien se réveiller puis déjeunent. Les scouts apprennent alors une mauvaise nouvelle : le garde-manger est vide. Ils apprennent donc à chercher de la nourriture et se préparent un bon repas.

IMAG0551

La Taverne du Chien Boiteux

IMAG0528

Certains habitants de la forêt ont très apprécié le temps pluvieux

 

 

 

 

 

 

 

IMAG0542

La forêt a retrouvée son harmonie

 

 

Le roi leur demande une dernière faveur, il faut remettre de l’ordre dans la forêt. Les jeunes bâtissent alors des villages pour les habitants de la forêt, et débusquent le traître qui a aidé le mal à se propager. Le traître est l’un des conseillers du roi, qui pensait bien faire, mais qui a été abusé par un être maléfique. Il est pardonné, mais reçoit un blâme pour sa grande naïveté. Par manque de temps, tous les travaux ne sont pas encore finis, mais grâce aux scouts, les habitants vont pouvoir s’en sortir. Les scouts sont grandement remerciés et ils s’en retournent chez eux, heureux d’avoir pu aider le peuple de Brocoliande.

 

 

 

 Posted by at 14 h 31 min
Avr 272015
 

Cliquer sur le lien suivant pour la première partie :  La cité du sable et du temps, 1re partie

Le Châtiment

Lorsqu’il sorti du Palais des Merveilles, le Voyageur fut attiré par un grand mouvement de foule sur une des places principales de la Cité du Sable et du Temps.

Le spectacle qu’il vit l’étonna et en même temps le choqua. Un homme à moitié nu était pieds et poings liés et attaché à un pilori à l’aide d’un carcan. Il était entouré de gens d’armes qui veillaient à ce que la foule ne l’approche pas et qu’il ne puisse s’échapper. Aux dires du Voyageur, il avait très peu de chance de s’échapper avec les chaînes qu’il avait et les gens d’armes étaient là uniquement pour que la population ne s’approche trop du prisonnier.

Un crieur annonça à la foule que le personnage attaché avait été pris en flagrant délit de consommation de Taboulé, malgré son statut d’Ignorant. Le châtiment était la torture et la mort.

Le Voyageur dut tourner la tête à la vue de ce triste et révoltant spectacle. La justice était vraiment brutale dans cette cité. Alors qu’il s’éloignait, une autochtone l’approcha. Elle avait remarqué à la tête du Voyageur qu’il n’était pas du coin et qu’elle se faisait une joie de lui expliquer la teneur de ce spectacle affligeant.

Les deux se rendirent dans une taverne proche et la femme commença à expliquer à notre Voyageur le système de castes de Silithus.

 

Les castes

La population de Silithus était séparée en deux castes par décret royal.

La première caste était celle des Eclairés. Ce sont l’élite de la cité, des hommes et des femmes cultivés, d’un grand raffinement. Ils excellent dans les arts. Les mauvaises langues pourraient dire qu’ils étaient arrogants et hautains, les Eclairés auraient répondu qu’ils sont supérieurs et intelligents face au reste de la population.

Eux avaient droit à consommer le Taboulé.

La seconde caste instaurée par Xerxès était la caste des Ignorants. Les Ignorants formaient la plus grande partie de la population de Silithus, c’étaient en règle générale des gens du peuple, peu cultivés, sans éducation. Ils étaient fort bagarreurs et ne se gênaient pas pour provoquer des rixes, par affront, par vengeance, ou tout simplement parce qu’ils en avaient envie. Les Ignorants étaient la force vive de la cité et la base de son entretien.

Eux n’avaient pas droit à goûter au Taboulé. Et ceux qui y touchaient subissaient le Châtiment.

Cette séparation n’était pas très ancienne puisqu’elle remontait à la Guerre du Taboulé.

 

La guerre du Taboulé

La Guerre du Taboulé se déroula juste avait que Xerxès ne monte sur le trône. Le règne du précédent roi fut houleux et désordonné. La ville avait de la peine à se maintenir, tout le monde se mêlait des affaires des autres, et les choses que les gens savaient faire étaient oubliées, remplacées par des discussions sans fin, des ragots.

L’évènement qui déclencha cette guerre (l’on pourrait plutôt parler d’insurrection) fut la tentative de révéler la recette du Taboulé à l’extérieur, chose impensable, cette tradition était un secret gardé depuis des générations au sein de la Cité du Sable et du Temps.

Xerxès faisait partie de ceux qui renversèrent l’ancien roi, et il prit sa place. Afin d’éviter que pareil risque de révéler la recette ne reviennent, Xerxès décida d’instaura les castes. Avec cela, il ramena le calme sur la Silithus.

Notre Voyageur quittait peu de temps après la cité du Sable et du Temps. Au dire de cet homme, il se pourrait que ce système de castes ait pu contribuer à la disparition de la cité de Silithus.

Alors qu’il prenait une pause, je remarquai l’heure tardive et je proposai à mon Voyageur de rester pour la nuit. Demain serait certainement l’occasion de discuter ardemment de la disparition de Silithus.

 

Fin du premier acte

Auteur du texte : Yannick Spring/Renard

 Posted by at 16 h 03 min